Séquence ta bière

Séquencer l’ADN de mille bières : c’est le projet « 1000 Beer Genomes« , lancé par quelques passionnés de biologie à Renens.

Wait, what ?

Hackuarium, à Renens, est un espace consacré au biohacking, c’est à dire un endroit où des biologistes ou des passionnés peuvent réaliser des expériences scientifiques sans devoir passer par un labo (j’ai bien expliqué, Yann ?)

11017342_10153051814827856_764415624_o

 

 

 

 

 

 

C’est là qu’est né le 1000 Beer Genomes, dont les membres travaillaient tous sur d’autres projets. Gianpaolo Rando m’a expliqué le principe :

Tout ce qui est vivant possède de l’ADN. Jusqu’ici, on a surtout étudié celui de l’humain, car les analyses coûtaient très cher. Mais les prix ont considérablement diminué, permettant ce genre d’expériences. Il est donc possible, pour une somme raisonnable, de s’intéresser à la composition d’une bière, d’un vin, de n’importe quel aliment.

Pour une bière, cela permettra de découvrir sa composition. Bien sûr, le malt, les houblons, les levures, sont souvent indiqués sur l’étiquette, mais d’autres composants entrent en compte. Techniquement, on pourrait aussi découvrir si des levures OGM ont été utilisées et même (mais c’est plus intéressant pour du vin que pour de la bière) de quels pays proviennent les ingrédients.

L’intérêt est d’abord scientifique, bien sûr. D’autant plus que les résultats des recherches seront ensuite totalement accessibles à n’importe qui pourrait en avoir besoin.

Mais cela devrait aussi permettre, ensuite, de créer une application qui permettra facilement, à partir de ses goûts, de découvrir quelles sont les bières les plus proches, par exemple pour faire son choix sur une carte.L’application pourrait être utilisée par des bars, par des micro-brasseries, pour savoir quels sont les voisinages de la bière qu’elles viennent de brasser, ou pour déterminer quelles sont les préférences selon les zones géographiques. Et à plus long terme, il pourrait aussi être possible d’ajouter un peu de science à l’art délicat de l’accord mets-bière.

Pour les vins, le séquençage ADN pourrait également permettre de déterminer s’il y a eu mélange. Aujourd’hui, on est condamné pour ça à éplucher les factures des caves, ce qui est évidemment nettement moins précis.

Le site de crowdfunding Kickstarter cherchait seize projets pour lancer sa rubrique « science ». Le projet 1000 Beer genomes a été retenu, ce qui permettra à l’équipe d’aller, à la fin du mois, à New York pour un Hackathon, soit un évènement où des gens qui ont un projet peuvent rencontrer des designers, des artistes, toutes sortes de gens qui peuvent les aider à affiner leur projet dans les domaines que ne maîtrisent pas forcément des scientifiques, marketing par exemple.

Ensuite, la phase de recherche de fonds sera lancée. Et les participants auront le droit de choisir quelles bières ils veulent voir séquencées.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *