Archives pour la catégorie Bieridee

Pas de brevets sur la bière

En 2016, l’Office européen des brevets a accordé plusieurs brevets pour des cultures d’orge à Heineken et Carlsberg. Dans plusieurs pays d’Europe, des organisations ont réagi. Elles voient dans ces brevets la possibilité pour les grands groupes d’augmenter leur mainmise sur le marché, aux dépens des agriculteurs, des autres brasseurs et des consommateurs. De plus, elles estiment que l’OEB exploite des zones grises de la loi pour contourner les interdictions existantes. Ces organisations ont réussi à ce que la demande soit réexaminée, ce qui devrait être le cas en juin.

En Suisse, c’est Swissaid, Pro Specie Rara et Public Eye qui mènent la fronde. Ils adressent une lettre ouverte à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, « demandant que la Suisse s’engage auprès du Conseil d’administration de l’OEB en faveur d’un changement de pratique dans la délivrance des brevets ». Une lettre que vous pouvez signer ici si ce sujet vous interpelle.

Jeux de moûts

Samedi dernier, à l’invitation de Christian de bierversuche.ch, une bonne vingtaine de brasseurs de sont retrouvés à Renens, dans les locaux de La Nébuleuse (une véritable rencontre IRL, donc). L’événement s’intitulait « Wortspiele », un jeu de mots intraduisible qui signifie « Jeu de mots ». Le principe, c’est le même que celui des rencontres des homebrewers dont je vous avais parlé jadis : à partir d’un même moût, tout le monde brasse sa propre bière. La base choisie cette fois est une porter. Le 11 février, tout le monde reviendra pour se faire goûter le résultat, lors d’un événement public.

img_20161126_132102

C’était la troisième édition de Wortspiele, la première en Suisse romande après Rapperswil et Berne. Ca a parlé allemand, français, un peu italien et beaucoup anglais. Il y avait des petites brasseries, des plus grandes, réunies dans un esprit très convivial. Et on peut vraiment dire que les participants venaient de toute la Suisse, de Genève à la Thurgovie en passant par le Tessin. C’était d’ailleurs une belle occasion de rencontrer quelques brasseurs alémaniques, dont on ne trouve pas toujours facilement les bières par ici.

img_20161126_120341

 

Et si tu me permets un petit commentaire personnel, c’était très agréable de voir autant de brasseurs réunis autour d’un même amour des bons produits bien réalisés, sans le moindre esprit de concurrence.

img_20161126_121440

Bref, notez le 11 février dans vos agendas.

Le club des zincs

Ça bouge dans le petit monde brassicole romand. Je te parle vite fait de deux initiatives bien sympathiques.

A Yverdon, Mark Borden a lancé avec d’autres amateurs de bière la « guilde des décapsuleurs ». En gros : des dégustations, des visites de brasseries, pour commencer, et plein d’autres projets ensuite, selon les envies des membres, environ tous les deux mois. Il imagine par exemple des dégustations centrées sur un type précis de bière. Ou même, pourquoi pas, un voyage vers la Belgique. S’il est un des initiateurs du projet, « ce que nous allons en faire dépendra un peu de qui le rejoindra », explique-t-il. Il n’a pas envie d’un club où les organisateurs sont les seuls à faire des propositions, mais d’une véritable plateforme d’échange. Une quarantaine de personnes se sont déjà montrées intéressées, preuve qu’il y a de la demande pour ce genre d’idées.Plus d’infos sur la page Facebook de la Cave à bières.

9682b7a81433856dd5af13079dd13846962fa5a3
On trouve des choses terrifiantes quand on tape « Décapsuleur » dans Google Images. Source: leboncoin.fr

 

Et puisqu’on parle de Facebook, un autre club  qui y est né, mais qui en est déjà largement sorti. Ça s’appelle « Swiss Home Brewers // Brasseurs amateurs suisses« . Un groupe lancé par Richard Soden, un brasseur amateur. Il s’agit, à la base, de s’échanger des astuces entre brasseurs, petits, moyens et grands, de se donner des coups de mains, de s’échanger du malt, des bouteilles, à l’image de ce qui existe déjà largement aux USA – et pour l’observateur non brasseur que je suis, de se réjouir de l’esprit convivial et de l’immense solidarité qui règne entre les différentes brasseries. Richard pensait réunir une dizaine de personnes à Lausanne, il en est à 40 dans toute la Suisse romande. Les échanges ont déjà débouché sur une rencontre, cet été, d’autres sont prévues ainsi que des visites de différentes brasseries. Un projet est né de la première rencontre : l’organisation de compétitions amicales. A partir d’un même moût, chacun ajoute ses houblons, ses levures et une bonne dose de savoir-faire puis on se retrouve pour faire goûter le résultat, et c’est surtout cette étape qui est importante : « C’est important d’avoir l’avis des autres. C’est assez facile faire de la bière, c’est plus difficile d’en faire une bonne. Les amis et la famille sont toujours étonnés de boire les bières fait maison, mais c’est difficile d’avoir une opinion objective de leur part », résume Richard.

Il y a même un t-shirt officiel du club
Il y a même un t-shirt officiel du club

M’est avis que tout cela devrait déboucher (plop) sur d’autres projets passionnants.