En marche (vers ta bière)

Jadis, je vous avais parlé de « Randos bière en Suisse romande », un guide de randonnées avec des bières au bout.

Un deuxième tome est sorti. Et cette fois-ci, je l’ai reçu, lu et même photographié, non sans un certain sens de la mise en scène :

Cette fois, je vais donc pouvoir parler du bouquin en l’ayant lu et première constatation : ce n’est pas un bouquin mais trente fiches, plus pratiques à emporter dans un gros sac de rando. Par rapport à la première édition, il y a eu un gros effort géographique puisque la plupart sont situées en Suisse romande, où toutes les régions sont bien représentées, quelques-unes en « Suisse allemande voisine » et une au Tessin. Les parcours proposés vont de la rando alpine à la promenade familiale. A chaque fois, la bière que l’on peut trouver au bout est décrite, ainsi que les endroits où la trouver.

Comme je n’ai pas encore testé les balades, je ne sais pas si on se retrouve irrémédiablement perdu après le deuxième virage, ce qui est une des joies classiques de la randonnée, ni si les temps de balade sont réalistes (mais une rapide estimation me fait dire que plutôt oui). Certaines descriptions restent tout de même assez succinctes.

J’avoue que la première version m’avait un peu laissé sur ma soif. Elle avait ce petit arrière goût acide d’une excellente idée pas super bien réalisée. Bonne nouvelle, il y a eu des améliorations. Je me rends bien compte qu’il est assez compliqué de réaliser un tel guide en prenant en compte les horaires d’ouverture des brasseries, les préférences de quelques beer geek grognons et le risque que ladite brasserie ferme ses portes entre la rédaction et l’impression. Tout de même, trop de ces randonnées finissent au pub du coin, voire dans l’épicerie du village qui vend aussi des bières. Et je reste un peu dubitatif quant au choix des brasseries, même si cette fois, toutes les principales sont là. J’ai l’impression que cette sélection garde une grosse part d’aléatoire. Dans le canton du Valais, par exemple, où il y a énormément de randonnées à faire et, ces dernières années, plusieurs brasseurs très imaginatifs, on aurait pu faire mieux.

Tl;dr : le premier tome m’avait semblé un peu ni fait ni à faire. Le second est clairement plus abouti, mais sans aller jusqu’au fond de l’idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *