Archives du mot-clé geneva beer festival

Geneva Beer Festival

Nouveau venu parmi les festivals de bières de Suisse romande, le premier Geneva Beer Festival aura lieu ce week-end au Pavillon Sicli, aux Acacias. Il y aura une vingtaine de brasseries, romandes pour la plupart mais aussi une française (dont le logo est un rhinocéros, message personnel) et une italienne et un chouette programme : des dégustations de bières (bien sûr), des food trucks et des initiations au food pairing, avec notamment un atelier d’accords bière-fromage, le vendredi de 17 à 22 heures et le samedi de 12 à 22 heures. Ensuite, des bars avec de la musique et de la bière « plus accessible, plus grand public, parce qu’après des heures de dégustation, on a besoin de boire quelque chose de plus simple, mais pas de la Carlsberg », m’a promis Ati, un des organisateurs.

14290045_1170665179679746_5531591620668948742_o

Ce festival aurait dû se dérouler au Cercle des Bains, au début du mois. Il a dû être déplacé (j’espère que vous n’êtes pas là-bas en train d’attendre, du coup : il fait froid), pour des raisons que l’on qualifiera d’administratives. « C’est un mal pour un bien », affirme Ati : le pavillon Sicli a permis d’inviter plus de brasseries et pourra aussi accueillir plus de public. Les organisateurs avouent avoir été un peu surpris par l’ampleur qu’a pris l’événement (3100 participants et 14’000 intéressés d’après Facebook). Ils estiment que le nouvel endroit permettra tout de même de pouvoir déguster des bières tranquillement et même de pouvoir parler avec les brasseurs. « J’ai découvert les beer festivals à Londres, pendant un Erasmus, et j’ai aimé cet esprit, le fait de pouvoir échanger », explique Ati. Il dit d’ailleurs aimer l’esprit de partage qui règne dans la craft beer : « les brasseurs s’échangent leurs recettes, ça ressemble au monde de l’open source. »

Les organisateurs ont dû refuser des brasseurs. Pour cette première édition, il n’y aura que des bières à la pression – les plus petites brasseries ont reçu de l’aide de l’ABAG pour ça. « Mais on va essayer de changer le concept pour la suivante », m’a dit Ati. Comme je sais bien lire entre les lignes, j’en déduis donc que les organisateurs réfléchissent déjà à une deuxième édition.